Concept Store Gallery

des galeries d'art pas comme les autres

64 x 81 cm
60 x 81 cm
60 x 81 cm
40 x 80 cm
54 x 65 cm
54 x 73 cm
65 x 54 cm
100 x 100 cm

Grange David

Guider et contempler

Nous pourrions dire qu’il y a deux David Grange. Pourquoi ? Parce que sa pratique de la peinture aime à explorer deux pistes qui sont à première vue diamétralement opposées.

La première, qu’il appelle « symbolique » est faite d’aplats qu’il cerne de lignes au noir intense. On songe alors à des vitraux dont la lumière ne viendrait pas du soleil mais de la peinture acrylique elle-même comme du blanc de la toile. Il y peint des corps qu’il mêle à des motifs floraux, musicaux ou parfois plus ésotériques. Il y réalise également des « plans des villes » où l’urbain révèle soudain une propension à cloisonner l’espace et à oppresser les corps. Une tyrannie de la ligne qu’il transcende par la douceur et la poésie de la couleur.

De cette série est né un livre, une collaboration avec la poétesse Marie Michèle Mounier qui a su mettre des mots sur ses images et, comme on suit une route et part à l’aventure de paysages singuliers, suivre les chemins mentaux tracés par le peintre.

L’autre David GRANGE peint quand à lui des « abstractions » où les pigments se mêlent sur la toile, sans cloison, affranchis de la ligne pour créer des effets chromatiques qui peuvent faire penser à l’intérieur de certaines pierres, ou à ceux qui se forment parfois sur certaines parois rocheuses. C’est donc la liberté qui guide cette autre voie qu’explore le peintre où il laisse la peinture exprimer ses propriétés physiques et produire elle-même des motifs que l’artiste n’a qu’à initier et contempler ensuite la formation.

De cette double pratique nait alors une peinture mue par l’amour de la couleur, qu’elle soit opaque ou transparente, symbolique ou géologique, organisée ou libérée. Une passion qui arpente et construit d’un côté, et ensemence pour contempler de l’autre. Qu’elle guide notre regard ou qu’elle laisse libre cours aux mouvements de la matière, la peinture de David GRANGE se révèle en cela riche de propositions qui, si elles peuvent paraître opposées, n’en sont pas moins complémentaires.

Bertrand Naivin